Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Zack & Lili

Zack & Lili

Toi qui a le fou-rire facile et légèrement cynique, tout en aimant profiter des petits plaisirs de la vie, sois le "bienviendu" chez moi...


Coup de blues

Publié par happylili sur 24 Septembre 2009, 22:40pm

Catégories : #l'angoisse !!

Et un monumental, tant qu'à faire.

Quelle idée aussi de me brancher sur Canal + Décalé, et de regarder "Le premier jour du reste de ta vie", avec Jacques Gamblin et Zabou Breitman. Quelle idée en même temps de faire un vrai bon film français, avec de vrais bons (excellents) comédiens, et de me raconter l'histoire d'une famille et du temps qui passe !

Et voilà, je me retrouve à inonder le T-shirt à dodo de SuperMari, qui suffoque courageusement sous le poids de sa femme effondrée dans ses bras...

C'est que, en dehors des araignées (et encore, seulement les grosses qui courent vite), j'ai une phobie, incroyablement mise en mot par Renaud dans "Mistral Gagnant" : le temps qui passe.

Je suis une adepte du "c'était mieux avant", je magnifie les souvenirs. Cumulez à ça une mémoire de poisson rouge, et vous avez moi, petite crotte inadaptée sociale, percluse de nostalgie et de mélancolie.

Attention, ça ne fait pas de moi un clown triste (j'aime pas les clowns, de toute façon), au contraire. Je suis même fatigante. Si j'étais aussi mince que je suis speed, le 34 serait trop grand pour moi, comme quoi y a pas de justice.

Non, c'est juste que je vois mes loulous grandir : mon grand qui a son avis sur plein de choses, et qui construit son réseau social. Mon mini, qui a commencé l'école.

Je suis heureuse de les voir grandir, s'épanouir, s'affirmer, même à mon détriment.

Ce qui me manque (déjà), ce sont les câlins de mon grand. Il m'en fait toujours, mais je ne peux plus le prendre dans mes bras, lui caler la tête sur mon épaule d'une main, et lui caresser les mollets de l'autre. Il est trop grand.

J'en profite avec le petit, mais ça ne durera pas longtemps non plus. Il a déjà 2 ans...

Je voudrais tellement qu'ils restent tels qu'ils sont, et être toujours pour eux le centre de leur univers. Leur Maman, avec un grand "M".

SuperMari a beau me dire que ce statut-là ne changera pas (et je le sais), ça n'empêche que d'ici quelques années, je n'aurai plus de tout petit. J'ai beau les manger des yeux dès que je le peux, ils m'échappent...

Et c'est tant mieux, c'est la roue qui tourne. Je ne peux pas empêcher ça.

A moins de les empailler ?

Commenter cet article

Ta cop 25/09/2009 20:04


tout pareil
le film m'a fait le même effet
et je ne pouvais m'empêcher de fixer l'écran noir une fois le film fini.

Pour mes minis je leur ai demandé d'accepter que je leur coupe les pieds pour qu'ils arrêtent de grandir. (ils ont refusé)


Zegnou 25/09/2009 19:08


Le problème c'est que si tu les empailles ils auront beaucoup moins de conversation...

Blague à part, j'ai également adoré ce film, il m'a fait exactement le même effet. J'ai un peu le même problème que toi, et ça fait de moi une espèce de déprimé chronique, qui passe plus de temps
à
se morfondre sur le "passé-que-c'était-bien-avant-et-que-c'est-fini-tout-ça-maintenant", plutôt qu'à profiter de l'instant présent.
Et c'est encore pire depuis que je suis papa : à chaque progrès que me font mes petits, j'ai un cheveux gris en plus, et je me rends compte que j'ai loupé plein de choses que je ne pourrai
jamais
revivre. J'ai l'impression que tout va de plus en plus vite, je n'ai plus le temps de faire quoi que ce soit, et eux grandissent irrémédiablement. C'est ça la vie : ça file à toute vitesse, et
à
force on ne se rappelle plus de l'essentiel : la vie quotidienne avec ceux qu'on aime le plus. Il faut se souvenir de tout cela.

Ca me fait penser à cet extrait de Pagnol qui m'a marqué à tout jamais :
"Telle est la vie des hommes. Quelques joies, très vite effacées pas d’inoubliables chagrins. Il n’est pas nécessaire de le dire aux enfants..."


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents