Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Zack & Lili

Zack & Lili

Toi qui a le fou-rire facile et légèrement cynique, tout en aimant profiter des petits plaisirs de la vie, sois le "bienviendu" chez moi...


De l'intérêt du débat

Publié par happylili sur 30 Janvier 2012, 11:06am

Catégories : #socio

Hier, sans le vouloir, j'ai relancé un éternel débat sur mon mur Fesse-Prout.

 

Je vous resitue le contexte. Mon grand est rentré la semaine dernière avec une punition de l'école : 50 lignes à copier suite à une évaluation non signée.

 

Je passe sur l'absolue inefficacité de ce genre de punition, et persiste à dire qu'imposer des recherches en rapport avec la leçon étudiée en guise de punition serait bien plus formateur et pédagogique qu'une série de phrases à copier, dont la seule finalité sera une tendinite au poignet. Bref...

 

Mon homme et moi n'avons rien contre les punitions scolaires. Nous sommes mêmes des parents indignes qui rallongent la corvée en fonction de la connerie faite. Sans oublier bien sûr de discuter du pourquoi et du comment de la connerie, histoire que la leçon serve et que la bêtise ne soit pas réitérée. Par contre, que mon fils se tape une punition qui ne lui était pas destinée à la base, non.

 

L'instituteur incriminé s'est en fait trompé d'agenda... Notre grand a le même agenda qu'un de ses copains, qui s'est tapé une bulle à son évaluation d'Histoire, là où Fils Aîné a eu la note maximale (avec un papa féru d'Histoire, ça serait dommage qu'il se plante). Le copain n'ayant pas fait signé son interro-catastrophe, l'instit' a voulu lui donner une punition, et la noter dans son agenda. Vous devinez la suite...

 

Mon grand a bien tenté d'expliquer sa méprise à son professeur, mais celui-ci lui a répondu que ce qui était noté était noté, et qu'il n'avait qu'à la faire aussi. Hem hem, comment dire ?

 

Nous avons donc demandé un rendez-vous à l'instituteur, car il est possible que notre grand ait enjolivé la réalité, auquel cas nous profiterons de cette rencontre pour faire un point à mi-année de son travail. Mais il est également possible que l'instituteur, à quelques mois de la retraite, prenne par-dessus la jambe ce qui est primordial dans son métier, à savoir la pédagogie. Et là je ne suis pas d'accord.

 

J'ai donc craché ma frustration et mon agacement hier soir, et ai déclenché des réactions plus ou moins attendues. J'espère juste ne pas avoir froissée une copine institutrice, car le propos n'était pas du tout général, j'étais bel et bien en colère contre un seul individu (2 en fait, les 2 instits du CM2 se valent, apparemment).

 

J'ai un immense respect pour celles et ceux qui ont choisi comme métier la transmission du savoir, d'autant plus qu'ils ont comme responsabilité de le faire auprès d'enfants ("un grand pouvoir implique de grandes responsabilités"... comics addict ^^). Je sais que leurs semaines de travail ne se limitent pas aux heures de présence en classe, et dépassent allègrement les 35h.

 

J'imagine aussi combien il doit être frustrant de se voir dicter une façon de faire qui va à l'encontre du développement naturel des enfants. D'ailleurs, je vais aller vivre en Finlande, ils ont tout compris, eux !

 

Mais il faut reconnaître aussi que nous, parents, pouvons être frustrés face à des enseignants qui n'en ont rien à carrer... car il y en a. Tenir face à une classe de 40 gamins n'est pas aisé, mais il faudrait que certains réfléchissent 5 min à la portée de leurs paroles et de leurs actes, qui peuvent marquer à vie un gamin et lui donner le sentiment qu'il ne vaut pas grand chose.

 

En conclusion, je suis persuadée que les métiers de l'enseignement ne devraient être tenus que par des personnes qui ont une réelle vocation, le désir de transmettre et un respect incommensurable des enfants. Tout comme les postes de soignants ne devraient être tenus que par des personnes ayant une réelle empathie pour les malades. Et qu'il faut penser à se reconvertir quand la flamme n'est plus là.

 

Car il suffit de quelques incapables pour que les préjugés s'installent, et que des enseignants passionnés s'entendent dire à longueur de temps qu'ils sont des feignasses toujours en vacances, et j'en passe...

 

Voilà voilà. Mes copines de web ont donc opposé leurs arguments, et au final, il apparaît que nous sommes toutes d'accord : il faut remettre l'enfant au centre du débat, point.

 

lart-sanctionner-sans-punir-metier-L-kQh5AS.jpg

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

lilie972 01/02/2012 15:49

Je ne suis pas fâchée, loin de là parce que je pense que ce collègue n'a pas eu une attitude correcte.
Maintenant, il reste humain et je pense qu'un entretien sans le rabrouer et sans se plaindre est nécessaire, tout en lui rappelant que les lignes sont interdits (moi je dis que c'est juste pour
donner mal à la main à un emmerdeur là je suis d'accord : NO COMMENT).
Après, les parents ne sont pas dans la classe, ni à la maison avec moi (nous) quand je (nous) prépare (rons) et ils savent bien qui ils envoient à l'école... NO COMMENT#2 alors les punitions sont
nécessaires !
LES DEVOIRS, je suis pour parce que le programme est trop dense de 1 et les leçons sont faites pour être apprises à la maison !! Après, il y a des parents qui ne sont pas capables de donner des
exercices par eux mêmes à leirs gosses et qui saluent les maitresses qui leurs facilitent la vie. Les devoirs écrits non faits, je ne punis pas ni ne réprimandes (j'essaie parce que quand l'enfant
me sort que maman m'a dit qu'elle regarde son feuilleton, je sors de mes gonds). Dans ma classe, tout le monde fait les devoirs, j'ai mis les parents au pas (après je suis en ZEP avec 80% d'enfants
non francophones dans la classe).
Maintenant, chaque enseignant sa méthode, ya des parents qui m'aiment, beaucoup ne m'aiment pas parce que je suis carrée et sévère mais mon public me l'impose !
Moi, ce que je veux c'est qu'à la fin de l'année leur gamins sachent, lire, écrire et compter...
♥_♥

Ju 31/01/2012 14:59

Ouais mais t'as oublié de préciser dans ton article, que toutes les personnes qui ont pris part à ce débat sont merveilleuses!
(Mais non, je ne me lance pas des fleurs je Nous lance des bouquets!) lol

Note pour Eliette qui passera ès probablement par ici: T'as vu comment elle fayotte!!!! ptdr

lill 31/01/2012 10:54

figure toi, chère Aline, que hier soir en cherchant -désespérément- une nouvelle carrière universitaire, j'ai bien regardé les science de l'enseignement... Avec grand interet. Et le débat lancé sur
ton mur n'y etait pas pour rien :)

SuperMari 30/01/2012 21:17

"Tenir face à une classe de 40 gamins n'est pas aisé, mais il faudrait que certains réfléchissent 5 min à la portée de leurs paroles et de leurs actes, qui peuvent marquer à vie un gamin et lui
donner le sentiment qu'il ne vaut pas grand chose."
C'est une démarche professionnalisante. On les prépare ainsi à la dure vie professionnelle où on leur dira encore qu'ils ne valent pas grand chose.

powings 30/01/2012 14:14

Et bein quel débat, on va dire qu'il y a des cons partout et malheureusement on généralise un peu vite parfois, heureusement il y a aussi des gens biens partout :D

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents